« Les dieux voyagent toujours incognito »

Et puis, la France n’est pas mieux : Alan a le sentiment d’avoir RATÉ SA VIE. Il doit en finir. La mort, sa mort, celle qu’il a choisi, personne ne pourra l’en empêcher! Au moment où il se concentre pour passer à l’acte, il fait une rencontre qui va CHANGER SA VIE.

Publicités

paris-2000275_1920

pasaheros/ Pixabay

Laurent Gounelle est pour moi une joyeuse découverte. Mais je dois avouer qu’il peut être pénible à lire. C’est en tout cas ce que je me suis dit quand j’ai commencé à lire Les dieux voyagent toujours incognito ; un mec banal qui vit une vie banale pour ne pas dire INSIPIDE. Alan Greenmor est le produit de sa maman qui rêvait de grandeur et de fastes qu’elle n’a pas pu avoir…. Son fils subissant tous ses desideratas et caprices: c’est ainsi qu’il fait des études qu’il ne veut pas pour faire un job qu’il abhorre encore plus. Et puis sa mère meurt….Il s’en va en France, lui qui ne connaissait que les USA ; ainsi commence sa deuxième vie… qui s’annonce aussi insignifiante.

Et puis, la France n’est pas mieux : Alan a le sentiment d’avoir RATÉ SA VIE. Il doit en finir. La mort, sa mort, celle qu’il a choisi, personne ne pourra l’en empêcher! Au moment où il se concentre pour passer à l’acte, il fait une rencontre qui va CHANGER SA VIE.


Seulement, il n’y a pas de solution miracle pour changer. « Soyez le changement que vous voulez voir dans le monde » disait Gandhi ; le mystérieux inconnu qui l’a empêché de se donner la mort se charge de refaire son éducation… Mais pourquoi donc ?

Le récit devient alors succession d’épreuves « initiatiques » durant lesquelles Alan gagnera en estime de soi, en maturité et en affirmation!

Je vous ai extrait des citations en rapport avec les étapes de son changement.

Le rapport à l’autre :
“L’attitude des autres à mon égard est conditionnée par mon propre comportement…C’est moi qui induisais leurs réactions.”

« Tu as appris à manifester tes désaccords, à exprimer tes souhaits, tes désirs, et à t’affirmer dans ta relation aux autres. »

La vie n’est que leçon pour qui veut bien apprendre:

« La vie est ainsi; on réalise rarement dans l’instant que les moments difficiles ont une fonction cachée : nous amener à grandir. Les anges se déguisent en sorcières et nous délivrent de merveilleux cadeaux soigneusement enveloppés dans d’ignobles emballages.
Qu’il s’agisse d’un échec, d’une maladie, ou des vicissitudes du quotidien, on n’a pas toujours envie d’accepter le « cadeau », ni le réflexe de le déballer pour découvrir le message caché qu’il contient : nous faut-il apprendre la volonté, le courage ? Ou au contraire le lâcher-prise sur ce qui n’a finalement que peu d’importance ? La vie me demande-t-elle d’écouter un peu plus mes envies et mes aspirations profondes ? De cesser d’accepter ce qui ne correspond pas à mes valeurs ? Qu’ai-je besoin d’apprendre dans cette situation ?

Quand l’épreuve survient, on réagit souvent avec colère ou désespoir, rejetant légitimement ce qui nous semble injuste. Mais la colère rend sourd et le désespoir aveugle. Nous laissons passer l’occasion qui nous étais offerte de grandir. Alors, les coups durs et les échecs se multiplient. Ce n’est pas le sort qui s’acharne contre nous, c’est la vie qui tente de renouveler son message »

Le chemin toujours et encore / L’importance des lieux:

« J’avais le sentiment inexplicable que ces ruines étaient chargées d’émotions lourdes, de souffrances passées. Des choses horribles avaient eu lieu ici et, les pierres en gardaient les stigmates invisibles. Je l’aurais juré. »

Petite note personnelle: Le livre est jonché de nombreuses descriptions de lieux et d’espaces qui tirent en longueur et qui peuvent sembler barbants au premier abord…. Seulement ces lieux sont d’histoire, de son histoire…. et c’est le « temps qui passe » que l’on réalise que ces chemins le mènent à ses origines.

Yes, you can:

« Celui qui veut gravir la montagne ne doit pas se laisser impressionner par sa hauteur »

Pour finir, je vous recommande VIVEMENT ce livre et son auteur. Si je me suis ennuyée au début, dès que la sauce a pris, je me suis attachée à Alan et j’avais l’impression de vivre sa vie et les épreuves le poussant à se surpasser.

Bonne lecture

  1. De cet auteur je ne connais que l’homme qui voulait être heureux… C’est vrai qu’il a un style « particulier » . Je suis tentée par « Le jour ou j’ai appris à vivre » je devrais l’avoir d’ici quelques jours, impatiente de le recevoir!!!!!!

    Aimé par 1 personne

    Réponse

    1. Il a un style particulier onong. Il faut s’accrocher et aller au delà des apparences. Je suis en train de lire le philosophe qui n’était pas sage…

      J'aime

      Réponse

  2. […] adoré détester lire ce livre. Il a quelque chose d’entraînant et de captivant. Un peu comme Les dieux voyagent toujours incognito, il commence très mollement, mais passées les pages « ennuyeuses » il […]

    J'aime

    Réponse

  3. […] Les dieux voyagent toujours incognito de Laurent Gounelle […]

    J'aime

    Réponse

Alors, t'en penses quoi?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s

Publicités
Publicités
%d blogueurs aiment cette page :