Le philosophe qui n’était pas sage


Leyopar

Autant le dire tout de suite; j’ai adoré détester lire ce livre. Il a quelque chose d’entraînant et de captivant. Un peu comme Les dieux voyagent toujours incognito, il commence très mollement, mais passées les pages « ennuyeuses » il devient très vite addictif mais pas que. Je me suis plusieurs fois arrêtée dans ma lecture, trop énervée de constater que les protagonistes se laissaient manipuler. Oui, Le philosophe qui n’était pas sage, fait partie de ces livres dans et pour lesquels on se sent impliqués.

Une expédition de mâles débarque en Amazonie avec pour seul et unique but: détruire la vie de paisibles indiens qui vivent en harmonie avec la nature, sans aucune notion de convoitise, qui ne connaissent pas la société de consommation et qui ne connaissent strictement rien aux plaisirs vains, futiles et superficiels. Au cours de la lecture, quand on voit l’énergie qu’ils déploient pour faire souffrir les indiens, on se demande pourquoi. Pourquoi un être humain se donne tant de mal pour faire souffrir son prochain? Vous me direz à raison, que parfois, les êtres humains n’ont pas besoin de motifs valables pour faire du mal à leur congénères. Pourquoi? Quand bien même il pourrait y avoir un motif, cela justifierait-il de causer du tort à autrui? Personnellement, je me suis toujours demandé comment des gens peuvent s’asseoir pour comploter, fomenter des coups bas et les mettre à exécution; réfléchir à des coups de plus en plus foireux et perfides; je n’ai toujours pas de réponses. Mais, après la lecture de ce livre, je pense savoir que par haine, on est capable du pire surtout quand on pense qu’on a raison. Et ma lecture se poursuit; devant l’imagination de l’équipe de Sandro, face à leur perfidie de plus en plus ascendante, je réalise que mine de rien, c’est transposable dans notre vie de chaque jour. J’enrage, je vous l’ai dit plus haut: Comment diable,  les indiens ne se rendent-t-ils pas compte qu’ils se font mener en bateau? Dans nos vies, le diable se présente tous les jours sous la forme d’un ange, nous pervertit, faisant tomber nos barrières les unes après les autres sans qu’on ne puisse se débattre. Oui, dans de rares moments de lucidité parfois on tente de réagir, mais le mal s’est répandu insidieusement, ne nous laissant aucune chance de nous rebeller.

J’ai détesté les indiens et leur incapacité à réagir. Eux, peuple d’une extrême intelligence, ont cédé sous les stimulis à peine diffusés à dose homéopathique. Bien souvent leurs coups tordus sont aussi visibles que le nez sur le visage mais non, personne ne se rend compte de la supercherie. Il y a bien Elianta, l’apprentie chamane qui s’est rendue compte de la manipulation mais, sa crédibilité a été mise à mal.

Cependant, plus tout se passe bien, plus Sandro, le chef d’orchestre se sent de plus en plus mal. Les effets sont visibles, les effets dévastateurs se voient mais rien ne semble le soulager. Comme si toute cette vendetta ne sert à rien au point même de regretter sa présence en ces lieux : “Il aurait voulu ne jamais être venu là dans cette jungle infernale où il se trouvait prisonnier, prisonnier de son esprit torturé et de ses émotions ravageuses et de leur grossier exécuteur” se dit-il. La faute sûrement à Marc Aurèle qui lui parle plus souvent que voulu, ou est-ce peut-être la culpabilité? Alors qu’il veut mettre fin à cette expédition punitive, Marc Aurèle lui susurre: “Aie à l’esprit que la force, l’énergie et le courage n’échoient pas à celui qui s’indigne et se fâche. Plus on se rapproche de l’impassibilité, plus on est fort. La colère trahit la faiblesse de même que l’affliction: toutes les deux sont des blessures et des capitulations”. Peut-être qu’il a un pressentiment, peut-être qu’il réalise qu’il est allé trop vite en besogne et se rend compte qu’il a pris la mauvaise décision.

Les indiens ne sont pas responsables de la mort de sa femme mais Krakus, le lieutenant de son expédition, celui qui exécute ses basses besognes,  SI, OUI; c’est lui le responsable. Et il se donne un mal fou pour mettre à exécution les plans les plus sordides et il y prend goût. Il y prend tellement goût qu’il est prêt à tirer un trait sur leur récompense; ne se préoccupant pas du dû de sa team.

Voilà pour la trame qui j’espère,  vous aura envie d’acheter le livre.

Maintenant je voudrais vous entretenir des thèmes clés et des leçons que j’ai tirés de cette lecture:

heart-762564_1920

kaboompics / Pixabay

Le bonheur tient à peu de choses: Avant toute chose, c’est quoi le bonheur pour vous? Vous y avez réfléchi? Nous pouvons à présent parler. Quand j’ai entamé la lecture de Le philosophe qui n’était pas sage, je me suis vite rendue compte que deux visions du  bonheur s’opposaient et celle qui l’emportait n’était pas celle que l’on pourrait croire. Le bonheur réside dans la jouissance de l’instant présent, dans les goût des choses simples et dans l’apparente insouciance que tout allant pour le mieux, car nul besoin de stresser. La société de consommation nous a tellement matraqués avec des besoins superficiels que nous pensons que notre bonheur en dépend.

Voici Les choses de Jean Jacques Goldman une chanson dont je ne me lasse pas

La vengeance et la rancune ne sont pas des solutions: sur le coup, cela parait une évidence. Nous avons droit à une revanche, il faut laver l’affront, c’est une ÉVIDENCE. Bien souvent, c’est juste une question d’égo, de fierté mal placée, d’honneur bafoué. La vérité est que tout est bien fait dans la nature et qu’il n’existe pas de déséquilibre; le karma se charge de tout remettre en ordre. De plus, la vengeance nous pompe le peu d’énergie positive et de lumière qui nous reste et nous laisse amer. Cette amertume, elle, est dévastatrice, petit à petit vous vous retrouverez dans une spirale sans fin, un cycle vicieux dans lequel votre réparation, reconstruction et guérison n’auront pas de place. Personne ne nie le mal occasionné, la douleur et la souffrance sont réelles mais ruminer ne va surement pas vous aider à aller mieux.

Rappelez-vous cette citation de Marc Aurèle le sage et philosophe: “Aie à l’esprit que la force, l’énergie et le courage n’échoient pas à celui qui s’indigne et se fâche. Plus on se rapproche de l’impassibilité, plus on est fort. La colère trahit la faiblesse de même que l’affliction: toutes les deux sont des blessures et des capitulations

sky-3154857_1920

Pixabay

ou un de mes mantras que je ne vous présente plus

“Nul ne peut nous agresser moralement sans notre consentement, c’est nous qui ouvrons les écluses au chagrin. Aucune injure ne pouvait faire lâcher prise à la tortue. L’insulte, le mépris, l’anathème représentent l’opinion de celui qui les profère, c’est son problème, pas le nôtre. Il se peut au demeurant que le blâme soit justifié, nous l’acceptons comme tel. Qui est parfait ? Il se peut aussi qu’il soit erroné, partial, injuste, nous le laissons dans la bouche de celui qui l’a prononcé. Notre paix, notre destin sont entre nos mains” Sagesse Zen

heart-2081612_1920

mary1826 / Pixabay

Votre bourreau est une personne en souffrance: je ris d’avance car je vois vos têtes.

Dites-moi? Celui qui prend du temps pour fomenter des coups contre quelqu’un est-il serein? A mon humble avis, cela dénote d’un mal-être profond à tel point que l’on veuille semer stupeur et désolation autour de soi.

Ne jamais prendre de décisions quand on est sous le coup de l’émotion:

weights-646496_1920

skeeze / Pixabay

Ne jamais prendre de décisions quand on est sous le coup de l’émotion:

Cette assertion est le point culminant de cet ouvrage. Sandro l’aura appris à ses dépends. Il était tellement dévasté par le meurtre de sa femme qu’il a en perdu la raison. Je retiens que même dans le tourment, il faut savoir garder son sang-froid. Ce n’est qu’à cet instant que l’on prend de bonnes décisions.

Rien de nouveau sous le soleil en somme, mais tel que relaté dans le livre, je ne peux que vous recommander vivement la lecture de cette pépite de littérature…

N’hésitez pas à me faire part de vos avis si vous l’avez lu ou si vous le lisez

Le bisou

  1. Les indiens sont comme nous enfants. Bercés par l’insouciance et l’amour des chose qui se présentent à nous. Et puis patatra viennent les adultes avec leurs codes, normes, quoi faire ou ne pas faire, etc. et le monde s’emballe et devient fou, notre existence devient folle jusqu’au jour où nous réalisons que pour exister, il faut être soi car, les autres sont déjà occupés. La bise.

    Aimé par 1 personne

    Réponse

  2. Je viens de finir « Le jour ou j’ai appris à vivre » et suis impatiente de commencer « Le philosophe qui n’était pas sage » après avoir lu ce que tu en dis!

    J'aime

    Réponse

Alors, t'en penses quoi?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :