Gestion des ordures, et si la solution était dans nos lieux de vie ?


Les récents événements de grèves des éboueurs de Dakar m’ont poussé à dépoussiérer cet article, la ville a offert un décor de désolation avec tous les désagréments qui vont avec. 

Photo prise par Médoune Gawane Fall
Photo prise par Médoune Gawane Fall
photo prise par Médoune Gawane Fall
photo prise par Médoune Gawane Fall
Photo prise par Médoune Gawane Fall
Photo prise par Médoune Gawane Fall

la problématique liée à la gestion des ordures est une réalité dans le monde entier. En effet, toutes les villes du monde sont confrontées à ce casse-tête grandeur nature : la gestion des ordures. La poussée démographique, l’exode rural, la diminution d’espaces habitable, sont autant de raisons qui pourraient expliquer la difficulté des politiques à faire face à la masse d’ordures à gérer qui n’a cessé de croître avec toutes ces mutations.

En effet, chaque individu rejette en moyenne 400 kg de déchets par an, environ 4kg par jour[1] ; ces chiffres qui l’air de rien paraissent bas cache une terrible réalité. Multipliés par la population mondiale, on atteindrait les 4 milliards de tonnes d’ordures par an[2]. C’est deux fois plus qu’il ya 40ans. Le Sénégal en général et Dakar en particulier n’échappe pas à cette réalité. La décharge de Mbeubeuss reçoit 475.000 Tonnes de déchets par an[3] et ce chiffre est en dessous des « projections réelles » vu que toutes les ordures ne sont pas gérer par le canal dit normal, ne tient pas compte des dépotoirs sauvages et ne concerne que la ville de Dakar. Pourtant, ce boom des ordures pourrait être endigué. Un tour dans nos lieux de vie permettrait de se rendre compte que nous accumulons, nos achats sont parfois inutiles et compulsifs. Les flyers publicitaires ou autres magazines de grandes surfaces croulent sous une pile de journaux dont on a pas besoin. Aussi, on achète plus qu’il en faut, on jette même quand il ne faut pas ; le plus important étant de se débarrasser du trop pleins d’affaires. Des principes simples d’achat responsable associé à une meilleure gestion des ordures dans les ménages, permettraient d’éviter les gaspillages réduire les déchets de moitié.

La règle des 3 R[4] semble être une solution de premier choix. Il suffit de Réduire, Réutiliser, Recycler. Cette formule qui n’a rien de novatrice a le mérite de nous permettre d’entrevoir un espoir d’inversion de la tendance. Préférer les grands formats à plusieurs petits formats, refuser systématiquement les sachets plastiques offerts à tour de bras. Donner une seconde vie aux objets en les réutilisant ou en les détournant de leur objectif premier, sont autant de solutions qui à l’échelle individuelle ont des effets visibles ; ne pourront être éloquentes qu’une fois les efforts accumulés. Il suffit juste de penser et d’agir autrement tout en étant convaincu que chacun a sa partition à jouer.

Merci  à Med de m’avoir passé ses photos 😉 Peace

3 commentaires sur « Gestion des ordures, et si la solution était dans nos lieux de vie ? »

  1. Achat responsable? 3R… C’est bien beau tout ça… mais je doute fort que ce soit adapté à nos réalites… Par contre on pourrait avoir un comportement responsable en rangeant nos déchets (utiliser des poubelles), en ne les déposant qu’aux points de collecte (bacs à ordures), en évitant de s’en débarasser sur la chaussée, dans les rigoles…etc… Moi c’est ce que je fais.. et si nous faisions tous pareils (ce qui est tout de même le minimum syndical en terme d’hygiène), nos villes s’en porteraient mieux.
    Ceci dit pour que ça marche faudrait déjà que la communauté fasse son boulot (directement ou indirectement via des prestataires spécialisés) de collecteur de déchets! Après tous les impôts et taxes qu’on paie c’est aussi pour ça!

    J'aime

    1. Tout est une histoire d’éducation. La vérité est qu’on s’encombre de choses inutiles; et c’est comme si on oublie que toutes ces acquisitions s’accumulent après chez nous… et quand on s’en rend compte au.lieu de leur redonner une seconde vie. Il est facile de dire que ça.ne colle pas avec nos réalités mais il.faut un début à tout.

      J'aime

      1. Peut être, mais vu que ce que tu peux trouver utile je peux le trouver inutile… ça devient très relatif… Mais peu importe que ce soit utile ou pas, pour moi le comportement responsable commence à partir du moment où on décide de s’en débarrasser. D’ailleurs mieux vaut quelqu’un qui s’encombre de trucs inutiles mais s’en débarrasse proprement que quelqu’un qui n’achète que des trucs utiles pour les jeter ensuite n’importe où!

        J'aime

Alors, t'en penses quoi?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s